Conflit-performance
Le conflit est-il indispensable à la performance?
16 octobre 2015
serrer-la-main
« Manager vs RH »: Des points de vue souvent divergents?
16 décembre 2015
Show all

Management et golf

golf

« Ma frustration et mon mécontentement étaient palpables. MD m’observait. Il attendit le 4ème trou pour m’interroger. Je lui confirma que je ne prenais aucun plaisir et que je ne m’amusais pas… Au lieu de perdre du temps à jouer au golf, je devrais être au bureau pour tenter de redresser la barre.»

Certains chefs d’entreprise « golfeurs » que j’ai rencontré sur le parcours ou au « 19ème trou » m’ont raconté que dans le cadre d’un recrutement ils redoublaient de vigilance quand le candidat mentionnait sa passion du golf sur son CV car ils savaient par expérience que le risque existait que ce futur manager soit plus concentré à réduire son index qu’à atteindre ses objectifs professionnels.

Paradoxalement, c’est mon patron qui m’a fait découvrir le golf. Nous faisions régulièrement équipe.

Je me souviens tout particulièrement ….d’un parcours un samedi matin au lever du soleil. J’avais accepté avec peu d’enthousiasme car la période était mal choisie. Ma carrière professionnelle avait évolué de façon rapide et ascendante. Manageur d’une équipe importante et stratégique au sein de l’entreprise, mon avenir semblait prometteur. Pourtant depuis quelques mois, J’étais fatigué et stressé. Je ne trouvais plus les solutions. Mes résultats étaient médiocres. L’atteinte de mes objectifs commerciaux était compromise. Mon équipe doutait. J’avais l’impression de ne plus être à la hauteur. Pire que tout, je n’avais aucune idée de la cause de cette situation. Passer quelques heures avec mon patron , en tête à tête, ne m’enchantait guère. J’avais néanmoins accepté car il était également mon mentor et avait toujours pour moi une grande bienveillance.

Je me souviens très bien de mon arrivée au Golf Club de Bourbon. MD m’attendait sur le parking avec, semble -t-il, les deux autres joueurs qui allaient nous accompagner.

Mes premiers coups furent catastrophiques. Rien d’étonnant. Trou après trou, je continuais à enchaîner les mauvais coups. Je topait la balle encore et encore. Les sockets et les grattes se succédaient allégrement. Une vraie catastrophe. Crispé, je frappais les coups sans réflexion. Plus je manquais les coups. Plus, je m’énervais. Je mettais les quelques coups réussis sur le compte de la chance.

Ma frustration et mon mécontentement étaient palpables. MD m’observait. Il attendit le 4ème trou pour m’interroger. Je lui confirma que je ne prenais aucun plaisir et que je ne m’amusais pas.

– N’étais je pas un peu jeune pour ne pas m’amuser ? me demanda t-il.

– Comment pourrais je m’amuser ? vous savez bien que rien ne me réussit en ce moment. Au lieu de perdre du temps à jouer au golf, je devrais être au bureau pour tenter de redresser la barre.

– Que feriez vous au bureau ? la même chose que ces dernières semaines, culpabiliser et ruminer vos succès passés. Ne pensez vous pas que le golf et le monde de l’entreprise se ressemblent étrangement ? Je vous propose d’y réfléchir pendant le parcours.

Mes coups suivants ne furent pas plus brillants. MD me fit remarquer que je mettais beaucoup de puissance au niveau de mon swing en prenant peu de temps pour préparer mon coup. Il avait l’impression que ma façon de jouer avait changé. Il me remémora notamment une partie où j’avais obtenu un excellent score. Effectivement, ce jour, mon swing était fluide. Je respectais ma routine à la perfection. Je prenais le temps de préparer chaque coup, de faire les choix les plus appropriés. Et au bureau est ce que vous procédez de la même façon aujourd’hui qu’à l’époque de vos succès ? Cette interrogation me fit sourire. Je comprenais maintenant le pourquoi de cette invitation. MD avait raison. Au cours des derniers mois, sous pression j’avais négligé ma stratégie gagnante. J’avais plongé dans l’action tête baissée sans prendre le temps d’analyser les évolutions du marché.

Je m’étais éloigné de ma « routine » personnelle. Mes résultats actuels en étaient la conséquence inéluctable.

Au fil du parcours, mon niveau de jeu s’améliora légèrement. Jusqu’au dernier trou, MD me prodigua ses conseils. Quelle est ma réaction face à l’erreur, l’échec ou un obstacle ? Est-ce que je savoure mes petites victoires personnelles ? Est-ce que devant un projet, j’imagine clairement les résultats que j’escompte ? Est ce que je me fais confiance et agis en tenant compte de ma vision personnelle ? Mes objectifs professionnels sont –ils en harmonie avec mes valeurs personnelles ? Est-ce que j’apporte des solutions au problème ou est ce que je fais partie du problème ? Son questionnement et la réflexion qui en découla permirent une remise en cause de ma façon d’être et de faire. Je ne tarda pas à retrouver du plaisir et à atteindre mes objectifs.

Cette courte parabole librement inspirée de l’ouvrage « le vieux golfeur et le vendeur » de Paul Normand (éditions Un monde différent) a pour modeste objectif de vous faire toucher du doigt les passerelles très intéressantes entre le golf, vos missions professionnelles et votre management.

Le golfeur et le manageur mettent respectivement en oeuvre des capacités et des compétences comparables dans un but commun de performance.

Le Golf et les défis à relever par le Manager se recoupent donc notamment au titre du traitement de plus en plus complexe de l’information, de la définition des objectifs et de la stratégie, du choix des leviers et instruments adéquats, de l’appréhension et de la gestion des imprévus et de l’ouverture au changement.

Avant de poser son tee, le golfeur vérifie son matériel, se rassure sur le choix des clubs sélectionnés, nettoie machinalement sa balle. Vous consultez le plan de votre stratégie à court et moyen terme, vos tableaux de bord. Vous faites le point de vos ressources et de vos investissements.

Le golfeur a un objectif clair : il souhaite améliorer son classement. Votre objectif d’augmenter vos parts de marché est également précisément défini.

Le golfeur connaît parfaitement ce parcours pour l’avoir foulé à maintes reprises. Vous connaissez parfaitement votre Marché ou le Marché que vous visez.

Le golfeur fait quelques coups d’essai. Il a confiance dans son swing et dans son niveau de jeu actuel. Votre expertise Métier est solide. Vos process sont fiables. Vous êtes confiant. Les Hommes et les Femmes de votre entreprise sont compétents et impliqués.

Le golfeur observe l’environnement. Quelle est la direction du vent, son intensité ? Des arbres à gauche. Un « rough » bien touffu, des bunkers menaçants. Vous connaissez vos concurrents. Vous maîtrisez la législation en vigueur et ses prochaines évolutions. Vous avez sous les yeux les dernières études consommateurs.

La pratique du golf développe aussi des capacités mentales indispensables au Management. Assurance, optimisme, calme, confiance en soi, capacité d’analyse, concentration, gestion du stress, capacité à prendre du recul et engagement sont des aptitudes primordiales pour réussir au golf. Ces « compétences » sont également la clé du succès pour tout Manager.

Comme le Golfeur, le Manager est (souvent) seul pour assumer ses erreurs. Il est responsable de ses décisions et de ses actes. Il doit faire preuve de courage, de détermination et de créativité.

La connaissance de soi, de ses forces et faiblesses est donc impérative pour mettre en oeuvre un management efficient de son équipe.

A ce titre, le golf est un véritable révélateur de « personnalité ». Impossible de se cacher sur un parcours. Le Masque tombe rapidement.

Un sport où les échecs sont plus nombreux que les succès permet sans aucun doute de mettre à l’épreuve sa confiance en soi. Les recettes des golfeurs pour renforcer leur confiance en eux malgré l’adversité peuvent elles être dupliquées en Entreprise ? Certainement.

La mise en oeuvre d’une « routine » personnelle, d’une préparation physique et mentale adaptée, d’une minutieuse préparation de chaque dossier ou événement, la capacité à gérer les échecs en cloisonnant les expériences négatives, la capacité à optimiser ses points forts et les « effets d’expérience » sont autant de solution à la disposition de chaque manager soucieux de mettre toutes les chances de son côté.

Les techniques de visualisation utilisées au golf avant de jouer ou sur le parcours peuvent être également reprises par les managers afin de gérer des situations considérées comme stressantes (prise de parole en public, négociation…). Dans l’attente de son départ, le golfeur repasse dans sa tête la topographie des 18 trous à venir. Vous, vous visualisez les prochains mois, les 3 à 5 prochaines années à venir de l’activité de votre entreprise, de votre service.

A vos clubs et bon parcours !

Alain Dulucq

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *