Absentéisme et présentéisme : même combat ?

serrer-la-main
« Manager vs RH »: Des points de vue souvent divergents?
16 décembre 2015
penibilite-illustration
Mettez en oeuvre votre obligation sur la pénibilité
20 mai 2016
Show all

Absentéisme et présentéisme : même combat ?

meeting absentisme

« Il arrive sur nos côtes. Il se glisse sur nos plages. L’absentéisme aurait un frère jumeau. L’envers de la médaille : le présentéisme ».

Tableaux de bord, définition d’alertes, incitations financières à la présence (sic), recours à une main d’oeuvre supplémentaire (par anticipation), communication sur les règles à respecter, organisation de contre visite médicale et d’entretien de retour, sanctions, licenciement. Oui, les solutions préconisées pour gérer à postériori les absences pour maladie sont nécessaires et inévitables.

Mais ces actions correctives sont elles suffisantes pour réduire significativement l’absentéisme au sein de votre entreprise ?

N’est-il pas pertinent de rechercher la source du malaise et de mettre en place des solutions également préventives ?

Certains lecteurs font la moue car ils ont l’impression que je souhaite leur mettre sur le dos à eux, chefs d’entreprise et managers, la responsabilité de l’absentéisme qui existe peut être au sein de leur équipe et de leur entreprise.

Mes expériences de Directeur des Ressources Humaines et de Consultant RH m’ont permis à l’épreuve du feu de comprendre que l’Entreprise n’est pas un monde de « Bisounours ».

Il n’y a pas les bons et les mauvais, les méchants et les gentils.

Les professionnels de l’arrêt-maladie de complaisance existent. Il est impossible de le nier.

Nous sommes, aussi, peu aidés par l’amplification médiatique de la montée du stress et du harcèlement. Ces facteurs exogènes ont également une incidence directe sur le moral de nos collaborateurs.

Il a été constaté que certaines mesures coercitives mises en place pour limiter l’Absentéisme ont au contraire eu des effets contreproductifs.

Engageons donc des actions préventives sur le long terme. Eradiquons les sources de l’Absentéisme à la source.

Les premières pistes de votre démarche préventive pourraient être : de communiquer sur la Stratégie et les Missions de l’Entreprise, de former et de soutenir vos managers, de clarifier les Règles et l’Organisation, de favoriser les évolutions internes, de donner du sens au travail de chacun, d’optimiser la gestion du temps, en favorisant un équilibre avec la vie privée de vos collaborateurs et de communiquer en interne sur les actions que vous allez mener pour lutter contre l’Absentéisme.

L’ensemble des acteurs de l’entreprise doit donc être concerté : sensibiliser le personnel, mobiliser l’encadrement, consulter les instances représentatives, impliquer la médecine du travail.

J’ai néanmoins une pensée émue pour les Managers de proximité, opérationnels et présents sur le terrain, leur rôle est primordial dans la prévention de l’Absentéisme.

La qualité de leur Management sera le gage de la réussite de votre démarche. Un Management trop rigide, peu à l’écoute, sans empathie, sera une cause directe de l’Absentéisme. Un Management trop laxiste qui ne fixe pas les règles et ne les fait pas respecter aura le même effet.

Leur capacité à mettre en place une organisation du travail efficiente et à mettre en oeuvre de façon équilibrée les objectifs fixés par leur Direction sera également une clef du succès.

Soutenez-les. Ce sont eux qui gèrent sur le terrain les absences et leurs conséquences opérationnelles, qui font remonter les informations nécessaires à votre pilotage et ce sont également eux qui vont…conduire les entretiens de retours.

Interrogez les également, car est ce vraiment et seulement l’absentéisme qui pénalise la performance de votre entreprise ?

Il arrive sur nos côtes. Il se glisse sur nos plages. L’absentéisme aurait un frère jumeau. L’envers de la médaille : le présentéisme.

Le présentéisme, kezako ?

Le présentéisme est défini comme la réduction de la performance d’un salarié présent au travail en raison d’un problème de santé physique ou psychologique.

C’est le fait d’être dans l’entreprise mais sans forcément être impliqué dans son travail. Un niveau important de stress provoquerait ce type de comportement. Je suis présent mais si peu concentré…je donne l’impression d’être débordé et pourtant j’en fais le moins possible.

Démotivation, désengagement… Les entreprises peuvent donc redouter le « présentéisme ».

Le Dr Philippe Rodet (1) s’appuie ainsi sur diverses études réalisées notamment au Canada, aux Etats-Unis, en Grande Bretagne, et en 2010 en Belgique. Cette dernière fait ressortir que « le présentéisme atteint 61 % des coûts totaux relatifs à la santé dans une entreprise, suivi par les frais médicaux (28 %) et l’absentéisme (10 %) ».

Ces diverses études démontrent que la productivité d’un employé serait réduite de 33 % ou plus en raison du présentéisme.

Les « jours perdus » attribués au présentéisme seraient 1,5 fois plus conséquents que ceux attribués à l’absentéisme.

Le présentéisme peut être identifié : l’augmentation des retards de traitement de dossiers, l’accroissement du nombre d’erreurs, la baisse de la qualité du travail réalisé, l’effondrement de la productivité, une évolution des réclamations des clients…

Le « présentéisme », c’est également le fait d’aller bosser même lorsque je suis vraiment malade. Quelle est réellement ma productivité ces jours là ?

Paradoxalement, mon courage ma conscience professionnelle sont d’ailleurs souvent loués par mes collègues et mon manager.

Paradoxalement car il serait certainement plus pertinent pour l’entreprise que je reste chez moi quelques jours et que je revienne en pleine possession de mes moyens.

En venant travailler malade je risque également de propager ma grippe ou ma « gastro » à tout le service. Bien joué.

Perte de Valeurs, concurrence accrue, réorganisation, réduction d’effectif, changement d’actionnaire, notre environnement professionnel est si précaire voire hostile : Le présentéisme illustre notre instinct de survie.

Présents, nous préservons nos précarrés.

Présents, nous ne prenons pas le risque de perdre nos dossiers, de nous faire remarquer.

Présents, nous préservons nos chances d’avancement et nos circuits d’information.

Présents à tout prix.

Cet instinct de survie exacerbe les comportements et peut engendrer chez les salariés une sur-présence hyper-visible mais peut être souvent stérile.

C’est pourtant ce présentéisme qui est souvent récompensé. Il est culturellement de bon ton de quitter le bureau après son patron. N’est ce pas…

Dans le même esprit est implicitement félicité le cadre qui ne prend jamais de vacances. Le jour où il explosera en plein vol son absence risque de vous coûter bien plus cher.

N’observez vous pas que ces salariés sont souvent des hommes ? Cette observation serait-elle un début d’explication des différences de traitement et d’évolution entre les hommes et les femmes de nos entreprises ? Ce sujet sera à explorer.

Absentéisme et présentéisme, même combat. Prévention, prévention, prévention.

Chefs d’entreprise, vous n’êtes pas à l’abri de votre propre présentéisme. Montrez l’exemple.

Restez chez vous quand vous êtes malades. Restez chez vous quand votre enthousiasme est en berne. Votre présence au bureau serait dans ces cas contreproductive.

Planifiez et prenez vos vacances. Equilibrez vos vies professionnelles et personnelles.

Ce recul est impératif pour préserver votre lucidité et votre santé.

Réunissez ainsi toutes les conditions qui vous permettront de préserver votre capital de leadership et votre aptitude à « donner envie » à vos collaborateurs.

A vous de jouer.

A bientôt les vikings !

Et n’oubliez pas « la joie précède la victoire ».

Alain Dulucq

(1) médecin urgentiste et membre fondateur du Cercle Stress Info et de la Commission nationale sur le stress de l’ANDRH. « Se libérer du stress : un médecin urgentiste raconte » aux éditions Eyrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *